Plex Media Server : Mon test

Plex Media Server est un média center qui centralise vos vidéos (films et séries), votre musique et vos photos au sein d’une même application. Une fois le serveur Plex installé, vous profitez de vos médias sur n’importe quelle plateforme connectée à votre réseau grâce aux applications web, iOS ou Android. L’application Plex Media Server est multiplateforme et s’installe aussi facilement sur Windows, Mac ou Linux.

Logo de Plex

Plex ne se contente pas de regrouper et trier vos fichiers selon les tags qu’ils contiennent. Il récupère également sur internet tout un tas d’informations, telles que les affiches et synopsis des films (via TMDb), les résumés des épisodes de séries (TheTVDB), les pochettes d’albums et les descriptifs des artistes (Last.fm).

Pour moi, son gros avantage est sa compatibilité avec le Chromecast. Pouvoir diffuser mes médias sur ma télévision sans devoir y brancher mon PC était la fonctionnalité qu’il me manquait.

Chromecast
Le Chromecast de Google permet de diffuser du contenu web sur une télé

Mon installation

Le microserver HP G7
Le microserver HP G7

J’ai installé le serveur Plex sur un petit serveur, le HP microserver G7, qui contient tous mes fichiers vidéos et musicaux, et toutes mes photos. Cela me permet de profiter de mes médias sur mon PC, mais également depuis ma tablette ou mon Chromecast sans avoir à laisser mon PC allumé. Grâce à l’application mobile Plex for Android, ma tablette me sert de télécommande : je parcours ma médiathèque, choisis un fichier et le lis sur ma télévision, et tout cela très facilement. Il est également possible de commencer la lecture sur un device, puis la reprendre sur un autre  appareil là où on s’était arrêté.

L'interface web de Plex
L’interface web de Plex

Plex propose également un service appelé Plex Pass qui donne plusieurs avantages. Celui qui m’intéressait le plus était la possibilité de synchroniser mes médias sur ma tablette pour pouvoir les lire en mode non connecté. Pratique en voiture ou dans le train. Le Plex Pass permet également d’obtenir les applications Android/iOS sans les acheter individuellement.

Interface de l'application Android Plex
L’interface de l’application Android Plex

Quelques améliorations à apporter

Si vous ne possédez pas encore de système média center, Plex est vraiment la solution qu’il vous faut. Couplé au Chromecast de Google, il vous permettra de profiter de votre médiathèque sur n’importe quel écran connecté.

J’ai toutefois relevé certains points améliorables. J’ai lu quelque part qu’il est possible d’obtenir automatiquement les sous-titres des vidéos, mais n’ai pas encore réussi à le faire. Regardant essentiellement mes films et séries en VO, cette option me serait très pratique. Autre problème que je n’ai pas résolu : la synchronisation des films pour lecture offline se fait très facilement, mais impossible de synchroniser les sous-titres associés. Plutôt gênant.

La médiathèque musicale mériterait également quelques améliorations. Il serait intéressant, par exemple, de proposer les meilleurs titres d’un artiste lorsque l’on parcours la page de cette artiste, ainsi que des artistes similaires, comme le fait Spotify.  Il serait également bien de pouvoir lancer des « Mix instantanés », à la manière de Google Music, sorte de playlist automatique basée sur un artiste ou un titre.

What Should I Watch Now?

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter un site que je viens de découvrir et qui, je pense, pourra vous être utile. Il s’agit de What Should I Watch Now. Grâce à ce site, vous pouvez trouver facilement des films à regarder.

Son fonctionnement est simple : Vous saisissez le titre d’un film (en anglais), et le site vous propose neuf autres films, appartenant au même genre. Et ça a l’air plutôt efficace !

Voici par exemple le résultat d’une recherche avec le film Drive.

Drive

À tester !

Source : autourduweb.fr

Google Play Music : Mon test !

Vous le savez peut-être, le service Google Play Music est disponible en France depuis le 13 novembre dernier. Certains se disent peut-être qu’il s’agit simplement d’un nouveau service d’écoute de musique à la demande en streaming, comme le sont déjà Deezer, Spotify ou Grooveshark. Pourtant ce service est bien différent d’un « Deezer-like », et je vais vous expliquer pourquoi !

Google Play Music

Google Play Music, quel intérêt ?

Google Play Music vous permet d’écouter votre musique depuis n’importe quel ordinateur connecté à internet grâce à son interface web. Mais vous pouvez également écouter vos titres depuis vos appareils mobiles grâce à l’application Android, ce qui vous fera peut-être oublier vos lecteurs MP3/4.

Contrairement à Deezer, Google Play Music ne vous fera pas de découvrir de nouveaux artistes. Le point positif est qu’il ne dispose d’aucune limite d’écoute ! La seule limitation se situe à l’importation : pas plus de 20 000 titres.

Première utilisation

Pour utiliser Google Music, il vous faut bien sûr un compte Google. Mais qui n’en a pas à l’heure actuelle ? Vous devez également saisir vos coordonnées bancaires. On se demande un peu pourquoi cette étape est obligatoire dès l’inscription. L’utilisateur aurait simplement pu les saisir lorsqu’il achète de la musique la première fois. Un peu repoussant donc, mais pas le choix.

Upload de votre musique sur le Cloud

Pour envoyer votre musique sur Google Music, vous devez posséder le logiciel Google Music Manager. Il est disponible sous Windows, Linux et Mac. (Attention, il semblerait que Google Music Manager et Spotify soient incompatibles sous Ubuntu. A confirmer.)

Google Music Manager et Spotify

Une fois le logiciel installé, vous pouvez sélectionner les dossiers contenant votre musique sur votre ordinateur afin de les importer. Google Music autorise l’importation de 20 000 titres par utilisateur vers son application. C’est plutôt énorme. Pour preuve, mon dossier Musique pèse 52 Go ce qui correspond à … 8785 titres (plus 100 titres dont l’importation est impossible) !

Il faut savoir que l’importation est plutôt longue. Par exemple, importer mes 52 Go de musique m’a pris plus d’une semaine. Après, tout dépend de votre connexion, et de la quantité de musique que vous possédez.

Google Music Manager
Google Music Manager

Interface web

Interface HTML

L’interface web de Google Music est sobre, simple à l’utilisation. Ce qui me plait, c’est que le site utilise la totalité de la place disponible à l’écran (contrairement à Deezer qui s’amuse à laisser une énorme partie blanche sur la droite du site…). Le lecteur, situé en bas de la page  est plutôt bien pensé. Classiquement, vous avez la possibilité de naviguer parmi les artistes, les albums, les titres ou les genres. Vous pouvez également faire des recherche et créer des playlists. Google Music propose aussi des « Mix instantanés » qui sont, en quelque sorte des playlists automatiques.

Application mobile

Application Google Play Music

Comme pour l’interface web, la navigation au sein de l’application mobile se fait très facilement. Toutes les fonctionnalités de la version HTML m’y semblent être implémentées, même si je ne l’ai pas encore beaucoup utilisées.

Acheter de la musique

Pour compléter votre bibliothèque musicale, vous pouvez acheter des titres ou albums directement depuis Google Play. Pour y accéder depuis Google Music, il vous suffit de cliquer sur le lien « Acheter de la musique ». Ce qui est appréciable, c’est qu’il n’y a pas de publicité ici et là proposant d’acheter de la musique sur l’interface de Google Music. Juste ce lien.

Il semblerait toutefois que le prix d’un titre soit plus élevé que sur Amazon ou iTunes. Les albums semblent quant à eux moins chers.

Conclusion

Contrairement à Google Plus qui, à mon sens, n’a pas trouvé de public du fait qu’il ressemble trop à son concurrent direct qu’est Facebook, Google Music peut s’imposer dans son domaine puisque son intérêt est tout autre de celui de Deezer, par exemple. le site est bien pensé et surtout, l’utilisateur n’est pas contraint à un certain temps d’écoute.

En tout cas pour moi, son intérêt est tout trouvé : j’aime écouter ma musique n’importe où que je sois, que ce soit chez moi, à la fac, dans les transports en commun, … Alors plutôt que de me déplacer avec un disque dur, ma musique est sur le Cloud, et plus de soucis ! De plus, cela me permet de retrouver mes playlists partout. Plus besoin de créer les mêmes sur tous les terminaux que j’utilise. Et Deezer garde toujours un intérêt à mes yeux : me faire découvrir de nouveaux artistes. Et pour ça, les 5 heures d’écoute autorisées avec un compte « Découverte » sont suffisantes.

Meetup HTML5, CSS3 … sans les Pizzas !

Le 14 novembre dernier a eu lieu, à l’IESA, l’Institut d’Études Supérieures des Arts, le cinquième Meetup HTML5, CSS3 & Pizzas. Il s’agit d’une conférence HTML5 animée par des intervenants du monde du Web.

Meetup HTML5

Cette cinquième édition  a ainsi accueilli Sylvain Weber, CEO et co-fondateur de Kontest,  Geoffrey Dorne, designer et CEO et Raphaël Goetter, intégrateur HTML/CSS et créateur d’Alsacréations.

La soirée ayant été filmée, je vous invite à regarder cette conférence,  si vous avez un peu de temps devant vous. L’actualité d’HTML5 et son avenir y sont traités, et c’est forcément intéressant !

Vous pouvez également retrouver les diapositives de chacun des intervenants ci-dessous :

Sources : bemyapp et graphism.fr